« C’est ancien, ça vient de loin et c’est naturel ? C’est forcément mieux ! » : les arguments fallacieux #1

 

bullshit

Voilà un titre à rallonge pour lancer une petite série d’articles sur ce qu’on appelle les arguments fallacieux. Mais qu’est-ce donc ?

Dans un discours, un débat, un article, une vidéo ou un échange sur un sujet quelconque, nous pouvons souvent user – volontairement ou non – d’arguments qui à première vue semblent logiques, mais qui finalement ne sont basés sur pas grand chose. « Fallacieux » signifie « trompeur », « illusoire ».
Dans cette série, nous allons expliquer le fonctionnement et l’utilisation de certains d’entre eux à travers des exemples du quotidien.

Pour ce premier numéro, nous allons nous attarder sur trois arguments fallacieux assez « tendance » à l’heure actuelle : l’appel à l’exotisme, l’appel à l’ancienneté et l’appel à la nature. C’est trompeur mais les arguments fallacieux ne s’appellent pas forcément « l’appel à quelque chose » (ça c’est dit).

L’appel à l’exotisme

wellness_massage_sound_massage_singing_bowl_massage-982405.jpg
Un massage avec des bols de chant tibétains (image PxHere, CC0 Domaine public)

Il s’agît d’un argument qui suggère qu’une chose est meilleure parce qu’elle vient d’une culture lointaine.
Ce qui est mis en avant dans ce type d’argument, c’est le caractère prétendument plus « sage » ou plus « sain » – et donc apparemment plus efficace – des pratiques dites traditionnelles de ces cultures simplement parce qu’elles sont différentes ou viennent d’un pays lointain.
Par exemple, certaines personnes vantent les bienfaits de l’acupuncture ou du Feng Shui simplement parce que ces pratiques sont asiatiques. On va aussi imaginer que les habitudes alimentaires ou que les pratiques chamaniques de peuples qui vivent dans des régions reculées soignent des maladies décrites comme incurables par les médecins parce que… Parce que. Pour le savoir, il faut mettre en place des protocoles expérimentaux bien précis sur de larges échantillons de la population qui permettent d’appréhender d’éventuels liens de cause à effet, de constater une simple corrélation sans aucun rapport avec ce qui est observé, ou tout simplement constater qu’il ne se passe rien.
Chacun a à apprendre de l’autre, que ce soit en terme de réussites qu’en terme d’erreurs, et c’est bénéfique. Mais ce n’est pas parce qu’une population vit dans une région lointaine,  peu densément peuplée, ou loin des villes, qu’elle se porte mieux, ou moins bien d’ailleurs ; chaque culture peut se tromper.
Finalement, cet argument de l’appel à l’exotisme vient du fait qu’on imagine qu’il y a nous, cultures occidentales ou occidentalisées d’une part, et les autres d’autre part, desquels nous sommes fascinés par ce côté que certains qualifieraient de « naturel », ou pire, de « primitif ». Et bien on y arrive justement.

L’appel à l’ancienneté

Lille_PdBA_isabey_cabinet_alchimiste
Le cabinet d’un alchimiste, Louis Gabriel Eugène Isabey, 1845

On l’appelle aussi l’argument d’historicité : « On fait ça depuis des millénaires, c’est donc bien efficace », « Ce produit est plébiscité depuis 1860 ! », « Les remèdes de grand-mère sont bien plus efficaces que vos médocs », etc etc.
Ce n’est pas parce que quelque chose est une tradition ou est ancestral qu’elle est forcément meilleure pour nous, la société, l’environnement et j’en passe ; il n’y a aucun rapport entre le fait d’être vieux et le fait d’avoir raison.
Il y a des pratiques qui sont anciennes et qui au mieux ne fonctionnent pas, au pire sont dangereuses. Certains d’entre vous vont évidemment penser aux exemples les plus marquants que sont l’homéopathie et la saignée, le premier n’ayant pas prouvé d’efficacité clinique au delà de l’effet placebo (dont on parlera dans un prochain article), l’autre ayant été cessée car inefficace, s’appuyant sur une théorie sans aucune base scientifique (théorie des humeurs), et surtout dangereuse (infections, blessures graves, voire mort).
De nos jours, la saignée n’est pratiquée que pour des cas biens spécifiques de maladies (par exemple les hémochromatoses) et de façon plus encadrée et moins bouchère qu’à son apogée au XVIIe siècle. Quant à l’homéopathie, bien que sans conséquences néfastes directes, elle n’agît pas non plus sur une amélioration de la guérison. Ce qui fait que cette pratique perdure, c’est en partie à cause du fait qu’elle est ancienne (deux siècles). Le fait de croire que quelque chose d’ancien soigne obligatoirement mieux que les médicaments actuels peut participer aux effets contextuels (ou par abus de langage, à l’effet placebo).
Beaucoup confondent à tord l’homéopathie et la phytothérapie, qui est le soin par les plantes et leurs principes actifs « naturels ». D’ailleurs, est-ce que le fait que ça soit « naturel » signifie que ça soit plus sain et plus efficace ? Spoiler alert : non.

L’appel à la nature

PIXNIO-1942842-1200x900
Le soin par les plantes (image Pixnio, CC0 Domaine public)

L’argument de l’appel à la nature c’est le fait de dire que quelque chose est bénéfique simplement parce que c’est naturel.
Le marketing et la publicité usent de cet argument depuis bon nombre d’années ; on a vu apparaître la mention « 100% naturel » sur certains produits par exemple. Les produits « bio » sont également considérés comme bien moins nocifs que ceux qui ne le sont pas. On met aussi de plus en plus en avant les soins par les plantes, comme la phytothérapie ou les tisanes prescrites par nos tisaneurs à La Réunion. Il est possible que des produits naturels soient bons pour notre santé, mais ce n’est pas forcément le cas. Certains ne feront absolument rien, d’autres peuvent éventuellement être nocifs. Il faut également savoir que la plupart des principes actifs présents dans les médicaments sont issus de plantes, de fruits ou de graines, mais leur efficacité a été prouvée.
Ce qui est naturel (donc soi-disant plus sain) est souvent opposé à ce qui est « chimique » (donc soi-disant mauvais), alors que tout est chimique car toutes les matières contiennent des atomes ! La chimie, c’est la science qui étudie ce qui constitue la matière,  ainsi que les interactions et les transformations qui s’y produisent.
Voici par exemple ce que contient un ananas tout à fait naturel :

ananas
All-natural pinapple, de James Kennedy, professeur de chimie, Melbourne, Australie

 

Les termes sont incompréhensibles pour les personnes qui n’ont pas d’affinités avec la chimie, et donc ça fait peur. Mais la nature est composée de molécules parfois très complexes dont vous pouvez voir des exemples sur cette image.
Ce qui est prôné depuis quelques temps également, c’est un « retour à la nature ». Dans cette proposition, on sépare indéniablement l’être humain de la nature. Mais qu’est ce qui n’est pas naturel ? Ce qui est conçu par un être humain ? Dans ce cas, supprimons  les vêtements (qui servent à nous protéger des caprices du climat ou des parasites), détruisons nos maisons (qui nous servent d’abri), jetons nos outils (qui nous permettent de nous nourrir, de nous protéger de prédateurs, de pratiquer des opérations chirurgicales etc), brûlons nos livres (qui contiennent une grande partie de nos connaissances et régissent parfois nos sociétés)… Ce qui est créé artificiellement n’est pas forcément nocif ou à but malveillant. Il existe des tas d’exemples : la transformation du verre, les stations météo, la vaccination, les prothèses médicales, la bicyclette, l’extincteur etc etc.

Conclusion

À présent, nous sommes capables de débusquer a minima ces trois types d’arguments fallacieux.
Afin de bien comprendre la démarche faite ici, il ne s’agît pas de dire que ce qui est ancien, exotique ou naturel est bien ou mal. Ce qui est expliqué, c’est que ces seuls états ne suffisent pas à prouver de quelconques bénéfices ou efficacité. À l’inverse, quelque chose de synthétique peut être nocif, mais ce seul fait ne prouve rien non plus quant à l’ensemble des produits synthétiques.

Pour le prochain article de cette série sur les arguments fallacieux, nous verrons l’attaque ad hominem, le faux dilemme et l’argument d’autorité. Je vous invite d’ores et déjà à vous documenter sur ces sujets.

 

R.K.F.

(L’article en créole réunionnais ==> ici)


Ressources :

http://www.charlatans.info/logique.shtml

Petit recueil de 25 moisissures argumentatives pour concours de mauvaise foi

https://fr.wikipedia.org/wiki/Sophisme


Pour compléter :

Les Arguments Fallacieux, Hygiène Mentale (ft. Le Top 5) sur YouTube 


 

Pour aller plus loin : 

L’appel à la nature, la Tronche en Biais sur YouTube

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s